mikrobiom-und-gesundheit

Les dernières avancées de la recherche sur le microbiome et sur quoi il influe dans ton corps.

Introduction au microbiome

Le microbiome humain est un monde fascinant d’organismes microscopiques qui vivent dans et sur notre corps. Ces micro-organismes, qui colonisent la peau, l’intestin, le nez et d’autres parties du corps, ne sont pas seulement des colocataires, mais jouent un rôle crucial pour notre santé. Ils contribuent à des fonctions vitales, dont la digestion des aliments et l’absorption de nutriments que nous ne pourrions pas assimiler autrement. Elles produisent également des vitamines et des substances anti-inflammatoires.

Il est intéressant de noter que le corps humain contient des billions de micro-organismes qui dépassent le nombre de cellules humaines dans un rapport de 10 à 1. Toutefois, en raison de leur petite taille, elles ne représentent qu’environ 1 à 3 % de la masse corporelle, ce qui correspond à 1 à 3 kilos de bactéries chez un adulte de 90 kilos.

L’étude du microbiome a montré que plus de 10.000 espèces microbiennes colonisent l’écosystème humain. Cela contribue beaucoup plus à l’existence humaine que notre propre génome. Alors que le génome humain contient environ 22 000 gènes, on estime que le microbiome fournit 8 millions de gènes uniques.

Cette énorme diversité et densité de micro-organismes dans le corps humain fait du microbiome une partie intégrante de notre être et de notre santé.

La diversité et l’unicité du microbiome

Le microbiome humain est un écosystème incroyablement diversifié, dont la composition varie d’une personne à l’autre. Cette diversité n’est pas uniquement due à des facteurs génétiques, mais est également fortement influencée par des facteurs environnementaux, l’alimentation et le mode de vie.

Influences sur la diversité du microbiome

  • Âge : la composition du microbiote évolue avec l’âge. Des différences dans le microbiome ont été observées chez les personnes âgées par rapport aux adultes plus jeunes, la composition du microbiome chez les personnes âgées étant clairement liée à la fragilité et à l’alimentation.
  • Alimentation et mode de vie:des études montrent que le microbiome peut se modifier en fonction de l’alimentation. Par exemple, la population japonaise, en raison de ses habitudes alimentaires qui incluent historiquement le varech, a développé des gènes microbiens uniques dans l’intestin pour digérer ces composants alimentaires.
  • Facteurs liés au mode de vie : l’activité physique et les habitudes alimentaires ont un impact significatif sur la diversité du microbiome. Par exemple, il a été constaté que l’activité physique et la consommation de fruits et légumes étaient positivement corrélées à la diversité du microbiome, tandis que la consommation de boissons sucrées avait une influence négative.
  • Diversité mondiale et différences culturelles : le microbiome varie également en fonction de la géographie et de la culture. Par exemple, les enfants des villages ruraux africains présentent une composition différente du microbiote par rapport aux enfants européens. Ces différences sont probablement dues à des différences dans l’alimentation, le bagage génétique et les facteurs environnementaux qui varient entre ces groupes de population.

Facteurs mettant le microbiome en danger

Le microbiome, en particulier celui de l’intestin, est d’une importance capitale pour la santé humaine. Certains facteurs peuvent influencer la composition du microbiome et entraîner ainsi divers problèmes de santé.

Il existe une corrélation significative entre différents facteurs liés au mode de vie et à la clinique et la diversité du microbiome. parmi les facteurs qui ont un effet positif sur la diversité du microbiome, on trouve

  • activité physique
  • la consommation de fruits, de légumes et de crucifères
  • Acides gras oméga-3.

Un effet négatif sur la diversité du microbiome a

  • un IMC élevé
  • hypertension artérielle
  • la consommation d’aliments et de boissons sucrés.

Effets du microbiome sur les maladies chroniques

Les modifications du microbiome peuvent contribuer aux maladies auto-immunes. L’asthme, en particulier chez les enfants, peut être influencé par des facteurs environnementaux précoces tels que l’accouchement par césarienne, la prise d’antibiotiques, l’alimentation au biberon et la pollution atmosphérique. Chez les patients asthmatiques, on trouve souvent certains types de bactéries (protéobactéries) en plus grande quantité. Des produits bactériens utiles, appelés acides gras à chaîne courte, peuvent réduire les processus inflammatoires dans les voies respiratoires. La présence de ces substances, appelées postbiotiques, comme le butyrate et le propionate, dans les selles à l’âge d’un an est par exemple associée à un risque plus faible de dermatite atopique et d’asthme chez les jeunes enfants.

Microbiome altéré en cas de syndrome du côlon irritable (SCI)

Le SCI se caractérise par des douleurs abdominales, un inconfort et une modification des habitudes de défécation. Des variations du microbiome normal peuvent jouer un rôle dans l’inflammation intestinale à bas seuil associée au syndrome. Une étude a montré une nette différence entre le microbiome des patients atteints de SII et celui des témoins, le SII étant caractérisé par une augmentation de certaines espèces de bactéries appelées firmicutes.

C’est ainsi que tu peux reconnaître un microbiome perturbé

Microbiome intestinal perturbé

Un microbiome perturbé, également connu sous le nom de dysbiose, peut être identifié par un certain nombre de signes et de symptômes. Ceux-ci peuvent varier en fonction de l’importance de l’atteinte du microbiome et des autres facteurs (tels que l’alimentation, le mode de vie et les prédispositions génétiques) qui jouent un rôle.

1. problèmes de digestion

Les problèmes digestifs sont l’un des signes les plus courants d’un microbiome perturbé. Il s’agit notamment de symptômes tels que les ballonnements, la diarrhée, la constipation et les douleurs abdominales. Ils peuvent indiquer une modification de la composition bactérienne de l’intestin.

2. changement des habitudes de défécation

Un changement dans la fréquence, la consistance ou l’odeur des selles peut également indiquer une dysbiose. Cela peut se produire en raison d’une modification de l’activité bactérienne et des processus digestifs dans l’intestin.

3. les intolérances et les allergies

Une augmentation des intolérances alimentaires ou des réactions allergiques peut également être un indice de dysbiose. Le microbiome joue un rôle essentiel dans la régulation immunitaire et sa perturbation peut influencer la réaction de l’organisme à certains aliments.

4. la fatigue chronique

Le microbiome influence l’absorption des nutriments et la production d’énergie dans le corps. Une fatigue chronique et un sentiment général d’épuisement qui n’est pas soulagé par le sommeil ou le repos peuvent donc également être le signe d’une dysbiose.

5. problèmes de peau

La peau et l’intestin sont étroitement liés par ce que l’on appelle l’axe intestin-peau. Les maladies de la peau telles que l’acné, l’eczéma ou la rosacée peuvent également être associées à un microbiome perturbé.

6. changements d’humeur et santé mentale

Des recherches récentes suggèrent que le microbiome joue un rôle dans la régulation de l’humeur et de la santé mentale. La dépression, l’anxiété et les sautes d’humeur peuvent donc aussi être liées à une dysbiose.

7. variations de poids

Une prise ou une perte de poids inexpliquée, sans changement apparent dans le régime alimentaire ou l’exercice physique, peut indiquer des changements dans le microbiome, car celui-ci joue un rôle dans le métabolisme et la régulation du poids corporel.

8. fonction immunitaire

Des infections fréquentes ou une cicatrisation lente peuvent également indiquer un microbiome perturbé, car il joue un rôle important dans le soutien du système immunitaire.

9. modification de l’envie de certains aliments

Des changements dans les envies de certains aliments, notamment de sucre ou d’aliments très transformés, peuvent également indiquer une dysbiose.

Les bienfaits des probiotiques pour le microbiome

Selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de la Food and Agriculture Organization (FAO), les probiotiques sont des “micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités suffisantes, ont un effet bénéfique sur la santé de l’hôte”.

Quatre critères pour être qualifié de probiotique

Pour que les micro-organismes puissent être qualifiés de probiotiques, ils doivent remplir quatre critères :

  1. Caractérisation suffisante: les souches probiotiques doivent être suffisamment caractérisées.
  2. Sécurité pour l’utilisation prévue: les grumes doivent être sûres pour l’utilisation prévue.
  3. Preuve par au moins une étude humaine positive: l’efficacité doit être démontrée par au moins une étude clinique positive chez l’homme, réalisée conformément aux normes scientifiques généralement admises.
  4. viabilité dans le produit tout au long de la durée de conservation : les micro-organismes doivent rester vivants dans le produit à une dose efficace tout au long de la durée de conservation.

Si tu te demandes si certains aliments, comme le yaourt, le kimchi ou le kombucha, sont probiotiques, la réponse est non, selon cette définition. En effet, tu ne sais pas quelles souches sont présentes et en quelles quantités, et aucune étude n’a malheureusement été réalisée à ce sujet.

Le rôle des probiotiques dans la santé

Les probiotiques interagissent avec le microbiome intestinal et ont de nombreux effets bénéfiques sur la santé humaine. Ils jouent un rôle important dans la modulation du microbiote intestinal et influencent ainsi différents aspects de la santé, y compris la fonction immunitaire et la prévention des maladies chroniques. Des études ont montré que les probiotiques peuvent aider à améliorer la flore intestinale, à renforcer le système immunitaire, à réduire le taux de cholestérol sérique, à prévenir le cancer et à traiter les diarrhées causées par le côlon irritable. Ils ont également des effets hypotenseurs et peuvent améliorer le métabolisme du lactose.

Les bienfaits des probiotiques

Les avantages des probiotiques incluent une meilleure santé intestinale, un soutien du système immunitaire et des effets potentiellement positifs sur diverses maladies qui vont au-delà de l’intestin, comme les maladies de la peau et les troubles métaboliques. Leur rôle dans l’influence sur la santé est vaste et continue d’être étudié afin de comprendre et d’utiliser pleinement leurs applications potentielles en médecine.

Les prébiotiques et leur importance

Les prébiotiques sont un groupe de nutriments qui sont dégradés par le microbiote intestinal. Ils jouent un rôle important dans la santé générale et ont une influence sur le bien-être en nourrissant le microbiote intestinal. Les prébiotiques favorisent ainsi la croissance de bactéries bénéfiques pour la santé dans l’intestin, notamment les bifidobactéries, et peuvent donc contribuer à maintenir une flore intestinale saine. Les acides gras à chaîne courte qui résultent de leur dégradation sont libérés dans la circulation sanguine et influencent positivement non seulement le tractus gastro-intestinal, mais aussi d’autres organes éloignés.

Les fructo-oligosaccharides et les galacto-oligosaccharides font partie des principaux groupes de prébiotiques. Un bon exemple de source naturelle de fructo-oligosaccharides est l’inuline, qui est par exemple extraite des agaves bleus. L’inuline contient une forte proportion de FOS et est souvent utilisée dans la fabrication de compléments alimentaires prébiotiques, comme c’est le cas pour le complexe biotique quotidien Love Your Gut d’Ogaenics.

En raison de leurs avantages pour la santé et leur sécurité, ainsi que de leurs avantages en termes de production et de stockage par rapport aux probiotiques, ils sont considérés comme des candidats prometteurs pour la promotion de la santé humaine, soit en remplacement, soit en association avec des probiotiques.

Relation symbiotique entre les prébiotiques et les probiotiques

Les prébiotiques et les probiotiques interagissent dans une relation symbiotique. Les prébiotiques servent de nourriture aux probiotiques et favorisent ainsi leur survie et leur efficacité dans l’intestin. Cette synergie améliore la santé intestinale et peut avoir des effets positifs sur d’autres aspects de la santé. La combinaison de prébiotiques et de probiotiques, connus sous le nom de synbiotiques, peut renforcer l’efficacité de chacun des composants, améliorant ainsi la flore intestinale et la santé générale de l’hôte.

Le lien entre le microbiome intestinal et le cerveau/la peau

L’axe intestin-cerveau et l’axe intestin-peau sont deux voies de communication importantes qui relient respectivement l’intestin au cerveau et à la peau. Ces deux axes jouent un rôle crucial pour la santé et le bien-être de l’être humain.

Axe intestin-cerveau

Cet axe est un réseau de communication bidirectionnel complexe qui relie l’intestin et le cerveau. Elle englobe les voies de communication neuronales, immunologiques et endocriniennes entre le tractus gastro-intestinal et le système nerveux central (SNC). Les perturbations de cet axe sont observées dans un grand nombre de pathologies, dont les troubles neurodégénératifs et les maladies mentales. Le microbiote intestinal joue un rôle crucial dans cet axe en influençant la production de neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine et l’acide gamma-aminobutyrique (GABA). Ces neurotransmetteurs sont indispensables à la communication neuronale et ont de vastes répercussions sur le cerveau et le comportement.

Axe intestin-peau

Tout comme l’axe intestin-cerveau, l’axe intestin-peau établit un lien entre l’intestin et la peau. Le microbiote intestinal influence la santé de la peau en régulant la réponse immunitaire et les processus inflammatoires. Une dysbiose intestinale peut entraîner un dysfonctionnement de la barrière cutanée et des inflammations de la peau. Ces interactions sont particulièrement importantes dans le cas de maladies de la peau comme le psoriasis. Des cas cliniques et des modèles animaux montrent que le microbiote intestinal a une influence sur la peau via la production de neurotransmetteurs. Là encore, la manipulation des neurotransmetteurs par les bactéries peut avoir un impact sur la physiologie de l’hôte.

La recherche sur ces axes offre de nouvelles perspectives sur les interactions complexes entre le microbiome, le cerveau et la peau. Ces connaissances pourraient déboucher à l’avenir sur de nouvelles approches thérapeutiques pour un grand nombre de maladies. Il apparaît clairement que la santé de l’intestin joue un rôle central dans la santé de l’ensemble du corps et qu’une flore intestinale équilibrée pourrait être importante pour la prévention et le traitement des maladies du cerveau et de la peau.

Effets du stress sur le microbiome

Le lien entre le stress et le microbiome est un domaine complexe qui fait l’objet de recherches croissantes. Le stress, qu’il soit psychologique ou physiologique, peut avoir un impact significatif sur le microbiome, en particulier sur le microbiome intestinal.

L’axe intestin-cerveau joue un rôle important dans la relation entre le stress et le microbiome. Différentes études montrent que les facteurs de stress modifient le microbiome et influencent ainsi la communication le long de l’axe intestin-cerveau, ce qui peut entraîner divers troubles psychiques et neurologiques.

En raison du lien étroit entre le stress, le microbiome et la santé, l’utilisation de probiotiques pour soulager le stress et les symptômes d’anxiété fait également l’objet de recherches. La consommation de probiotiques peut potentiellement moduler le microbiome intestinal et ainsi favoriser la gestion du stress et la réduction de l’anxiété. Cela suggère que les probiotiques pourraient éventuellement avoir des effets positifs sur la gestion du stress.

Les probiotiques en cas de problèmes intestinaux : Études de cas

L’utilisation de probiotiques pour traiter les problèmes intestinaux, notamment le syndrome du côlon irritable (SCI), est un sujet de plus en plus étudié par la recherche médicale. Plusieurs études ont montré que les probiotiques peuvent avoir des effets potentiellement positifs sur les symptômes du syndrome du côlon irritable.

Les probiotiques dans le syndrome du côlon irritable (SCI):Une revue systématique complète publiée sur PubMed a examiné les effets des probiotiques sur les symptômes des patients atteints du SCI. Cette revue comprenait 11 essais contrôlés randomisés, dont sept (63,6%) ont rapporté qu’une supplémentation en probiotiques chez les patients atteints de SCI a permis une amélioration significative des symptômes par rapport à un placebo. Il est intéressant de noter que les effets positifs étaient plus prononcés dans les études utilisant des probiotiques multi-souches sur une période de huit semaines ou plus, ce qui suggère qu’une prise à long terme de probiotiques multi-souches a le potentiel d’améliorer les symptômes du SCI.

Probiotiques dans les maladies inflammatoires de l’intestin (MII): une autre revue systématique, qui s’est concentrée sur l’utilisation des probiotiques dans les maladies inflammatoires de l’intestin telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, n’a pas fourni de preuves claires de l’efficacité des probiotiques dans la maladie de Crohn. Cependant, certaines études ont montré que l’association de traitements standard et de probiotiques pourrait conduire à une rémission de la colite ulcéreuse active.

Probiotiques pour la prévention de la diarrhée associée aux antibiotiques (DAA): l’efficacité des probiotiques pour la prévention de la DAA est spécifique à la souche. Des études ont montré que certaines souches de probiotiques, telles que Saccharomyces boulardii CNCM I-745 et Lactobacillus rhamnosus GG, peuvent contribuer efficacement à la prévention du SAA.

Probiotiques et résistance à l’insuline: une revue systématique a montré que les probiotiques pourraient avoir des effets positifs sur la résistance à l’insuline. Des améliorations significatives des mesures de résistance à l’insuline ont été constatées dans les études animales, mais les résultats des études cliniques chez l’homme étaient hétérogènes.

Conclusion

En conclusion, prendre soin de ton microbiome est un aspect essentiel pour optimiser ta santé. Une approche comme le complexe Ogaenics Love Your Gut Daily Biotic, qui combine des probiotiques et des prébiotiques, peut aider à maintenir ou à rétablir l’équilibre du microbiome.

“NIH Human Microbiome Project defines normal bacterial makeup of the body”, 13.06.2012, https://www.nih.gov/news-events/news-releases/nih-human-microbiome-project-defines-normal-bacterial-makeup-body [consulté le 17.12.2023].

Le consortium du projet Microbiome humain. Structure, fonction et diversité du microbiome humain sain. Nature 486, 207-214 (2012). https://doi.org/10.1038/nature11234

Xu Z, Knight R. Dietary effects on human gut microbiome diversity. British Journal of Nutrition. 2015;113(S1):S1-S5. doi:10.1017/S0007114514004127

Vijay, A., Valdes, A.M. Rôle du microbiome du bien dans les maladies chroniques : une revue narrative. Eur J Clin Nutr 76, 489-501 (2022). https://doi.org/10.1038/s41430-021-00991-6

Hill, Colin et al. “Expert consensus document. The International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics consensus statement on the scope and appropriate use of the term probiotic”. Examens de la nature. Gastro-entérologie et hépatologie vol. 11,8 (2014) : 506-14. doi:10.1038/nrgastro.2014.66

McFarland, Lynne V et al. “Strain-Specificity and Disease-Specificity of Probiotic Efficacy : A Systematic Review and Meta-Analysis”. Frontiers in medicine vol. 5 124. 7 May. 2018, doi:10.3389/fmed.2018.00124

Binda, Sylvie et al. “Critères pour qualifier les micro-organismes de “probiotiques” dans les aliments et les compléments alimentaires”. Frontiers in microbiology vol. 11 1662. 24 juil. 2020, doi:10.3389/fmicb.2020.01662

Lee, Eun-Sook et al. “Les probiotiques dans la santé et les maladies humaines : des nutribiotiques aux pharmacabiotiques”. Journal of microbiology (Séoul, Corée) vol. 56,11 (2018): 773-782. doi:10.1007/s12275-018-8293-y

Davani-Davari, Dorna et al. “Prébiotiques : définition, types, sources, mécanismes et applications cliniques”. Foods (Bâle, Suisse) vol. 8,3 92. 9 mar. 2019, doi:10.3390/foods8030092

e Vrese, Michael, and J Schrezenmeir. “Probiotiques, prébiotiques et synbiotiques”. Advances in biochemical engineering/biotechnology vol. 111 (2008) : 1-66. doi:10.1007/10_2008_097

Krumbeck, Janina A et al. “Prébiotiques et synbiotiques : stratégies nutritionnelles pour améliorer la santé du bien”. Current opinion in gastroenterology vol. 32,2 (2016) : 110-9. doi:10.1097/MOG.0000000000000249

Mayer, Emeran A et al. “L’axe bien-cerveau”. Annual review of medicine vol. 73 (2022): 439-453. doi:10.1146/annurev-med-042320-014032

Zheng, Yadong et al. “Comprendre l’axe bien-cerveau et ses implications thérapeutiques pour les troubles neurodégénératifs”. Nutrients vol. 15,21 4631. 31 Oct. 2023, doi:10.3390/nu15214631

De Pessemier, Britta et al. “Gut-Skin Axis : Current Knowledge of the Interrelationship between Microbial Dysbiosis and Skin Conditions”. Microorganismes vol. 9,2 353. 11 févr. 2021, doi:10.3390/microorganisms9020353

Chen, Guang et al. “Gut-Brain-Skin Axis in Psoriasis : A Review”. Dermatology and therapy vol. 11,1 (2021) : 25-38. doi:10.1007/s13555-020-00466-9

Almand, Austin T et al. “L’influence du stress perçu sur le microbiome humain”. BMC research notes vol. 15,1 193. 3 juin 2022, doi:10.1186/s13104-022-06066-4

Foster, Jane A et al. “Stress & the gut-brain axis : Regulation by the microbiome”. Neurobiology of stress vol. 7 124-136. 19 mar. 2017, doi:10.1016/j.ynstr.2017.03.001

Moloney, Rachel D et al. “Le microbiome : stress, santé et maladie”. Mammalian genome : official journal of the International Mammalian Genome Society vol. 25,1-2 (2014) : 49-74. doi:10.1007/s00335-013-9488-5

Molina-Torres, Guadalupe et al. “Le stress et l’axe microbiote-cerveau du bien”. Behavioural pharmacology vol. 30,2 et 3-Spec Issue (2019) : 187-200. doi:10.1097/FBP.0000000000000478

Ma, Teng et al. “La consommation de probiotiques a soulagé le stress humain et les symptômes d’anxiété peut-être en modulant le potentiel neuroactif du microbiote guttural”. Neurobiology of stress vol. 14 100294. 12 janv. 2021, doi:10.1016/j.ynstr.2021.100294

Dale, Hanna Fjeldheim et al. “Les probiotiques dans le syndrome de l’intestin irritable : une revue systématique mise à jour”. Nutrients vol. 11,9 2048. 2 sep. 2019, doi:10.3390/nu11092048

Lorentz, Axel, et Leonie Müller. “Les probiotiques dans le traitement des maladies inflammatoires de l’intestin chez l’adulte : une revue systématique”. Journal of gastrointestinal and liver diseases : JGLD vol. 31,1 74-84. 19 mar. 2022, doi:10.15403/jgld-3936

Storr, Martin, et Andreas Stengel. “Preuve clinique sur les probiotiques dans la prévention de la diarrhée associée aux antibiotiques : revue systématique” [Systematic review : clinical evidence of probiotics in the prevention of antibiotic-associated diarrhoea]. MMW Progrès de la médecine vol. 163,Suppl 4 (2021) : 19-26. doi:10.1007/s15006-021-9762-5
Salles, Bárbara Izabel Moraes et al. “Probiotics supplementation and insulin resistance : a systematic review”. Diabetology & metabolic syndrome vol. 12,1 98. 11 nov. 2020, doi:10.1186/s13098-020-00603-6
Close
Cart (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.

Currency